San Francisco interdit la vente de fourrure neuve !

Les choses bougent en ce qui concerne la lutte contre la cruauté envers les animaux. Le 20 mars dernier, la ville de San Francisco a voté l’interdiction de vendre de la fourrure neuve. Une démarche plus qu’honorable qui n’est pourtant pas une première : deux autres villes Californiennes, West Hollywood et Berkeley avaient déjà interdit la commercialisation de fourrure, comme c’est aussi le cas à Sao Paulo et en Inde par exemple. L’association Human Society International (HSI), précise sur blog qu’un projet d’interdiction nationale serait même en cours d’étude au Royaume-Uni.

fourrure san francisco
Photo : REUTERS/William Hong

De plus en plus de marques, mais aussi comme on vient de le voir, des villes et des pays entiers, décident de stopper totalement la production et/ou la commercialisation de vraie fourrure. Une prise de conscience générale (ou presque) qui rend heureuse toute la team Sauvage heureuse !

Si l’on connaissait déjà l’engagement de marques telles que Calvin Klein, Tommy Hilfiger ou encore The Kooples, la pionnière en la matière reste bien entendu Stella McCartney, qui en plus de renoncer à la fourrure renonce également au cuir pour des collections 100% vegans.

De nombreuses autres enseignes de prêt-à-porter bannissent désormais la fourrure. Pour retrouver la liste complète, rendez-vous ici !

the kooples sans fourrure
#SansFourrure : Mr et Mme Renard seront toujours un couple.

De leur côté, plus en plus de marques de cosmétiques rejoignent le mouvement en choisissant de supprimer tout ingrédient d’origine animale entrant dans la composition de leurs produits ainsi que les tests sur les animaux. Parmi ces marques, on peut notamment citer E.l.f, Avril ou encore Too Faced.

La protection animale est un des enjeux de la protection de l’environnement et de l’éco-système car en plus de nuire au bien-être animal et à la diversité des espèces, la production de fourrure est extrêmement polluante.

Le chemin vers un monde sans souffrance animale semble encore long puisqu’en 2015, le marché de la fourrure représentait encore 40 milliards de dollars… mais une chose est sûre : les marques, les gouvernements et les citoyens sont de plus en plus nombreux à rejoindre la cause animale.

Un combat qui nous est cher chez Violette, c’est pourquoi la vente de vraie fourrure est interdite sur tous nos vide-dressing depuis deux ans… vous nous rejoignez ?