Quand nos vêtements polluent les océans

pollution océans microfibres
The Story of Stuff

Nous savons tous que le plastique est un des plus grands responsables de la pollution de nos océans. Ce qu’on ignore en revanche c’est que la majeure partie du plastique présent dans le milieu marin vient directement de nos vêtements… Mais comment est-ce possible ?

Aujourd’hui la plupart de nos vêtements sont fabriqués à partir de fibres synthétiques, elles mêmes fabriquées à partir de plastique. Parmi ces matières bien connues et très répandues, on peut citer le nylon, l’acrylique ou encore le polyester.

Or, quand nous passons nos vêtements à la machine à laver, de petites particules de microfibres se détachent des tissus et passent à travers les filtres. Les stations d’épuration peinent elles aussi à emprisonner ces fibres minuscules, d’où leur nom “microfibre”. Résultat ? 40% de ces fibres sont rejetées dans les cours d’eau et dans les océans.

Il s’agit là d’une véritable catastrophe quand on sait que ces particules plastiques sont ensuite absorbées par la faune aquatique… donc par l’Homme également.

Il est plus que jamais temps d’agir car l’océan est aujourd’hui envahi par plus de 150 millions de tonnes de déchets plastiques. En 2050, nos océans compteront plus de plastique que de poissons… Quelque chose cloche non… ?

Mais vient alors une question inévitable :

Comment éviter ce désastre ?

pollution océans microfibres
Pinterest

Si l’on ajoute à la pollution de l’eau par les microfibres, celle provoquée par les produits chimiques utilisés pour teindre les tissus, il est facile de comprendre pourquoi le textile est la deuxième industrie la plus polluante au monde derrière l’industrie pétrolière.

Mais des solutions existent pour limiter l’impact de nos machines sur l’océan. Nous pouvons par exemple décider de ne porter que des vêtements en fibres naturelles comme le coton ou le lin. D’autant plus que ces matières sont réputées pour ne pas agresser la peau, contrairement aux fibres synthétiques. Le problème est qu’aujourd’hui 60% de nos vêtements sont fabriqués à partir de matières plastiques alors pour permettre une réelle amélioration de la santé de nos océans, certains chercheurs réfléchissent à la création d’un filtre spécial pour les machines à laver et d’autres à la modernisation des centrales d’épuration, avec des filtres plus fins capables de piéger les particules les plus fines.

Les marques de leur côté pourraient elles aussi envisager de confectionner des articles dans des matières plus durables et moins polluantes car les fabricants doivent prendre conscience de cette catastrophe écologique et prendre leurs responsabilités quant au cycle de vie des vêtements qu’ils produisent.